Le marché et les perspectives des cosmétiques asiatiques

Le marché et les perspectives des cosmétiques asiatiques

Quelle reconfiguration du jeu concurrentiel face au phénomène K-Beauty, J-Beauty, C-Beauty ?

À partir de 3 150 € HT

Publiée en décembre 2018

Fiche technique

Tarif

À partir de 3 150 € HT


Redigée en français
Publiée en décembre 2018
200 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Cécile DESCLOS

Une étude de marché exclusive pour : 

  • Connaître les chiffres et les tendances clés du marché des cosmétiques en Asie (Corée du Sud, Japon, Chine, Inde) et des cosmétiques asiatiques en Occident (USA, Europe dont France), par type (K-beauty, J-Beauty, C-beauty), par segment (soins de la peau, soins du visage, capillaires, make-up, parfums, …), par produit phare (CC crèmes, BB crèmes, cushion, masques, …)
  • Disposer d’un panorama des stratégies des acteurs occidentaux (groupes et distributeurs) de la beauté pour capitaliser sur la dynamique des marchés asiatiques et surfer sur l’engouement occidental 
  • Disposer d’un panorama des stratégies des acteurs asiatiques de la beauté pour décrypter leurs positions et leviers de croissance en Asie et comprendre leurs ambitions sur les principaux marchés occidentaux
  • Anticiper l’évolution du jeu concurrentiel à l’horizon 2022 (acteurs locaux vs groupes occidentaux) : qui sont les mieux armés pour bénéficier à plein de la croissance du marché asiatique ? Quel rôle les acteurs asiatiques sont-ils amenés à jouer dans le jeu concurrentiel mondial ?

L'ASIE NOUVEAU CENTRE DE GRAVITE 

L’Asie, laboratoire mondial de la beauté, est le nouveau graal

Les marchés asiatiques, dotés de solides savoir-faire et d’avancées technologiques dans le secteur de la beauté, sont pourvoyeurs de tendances cosmétiques et un terreau fertile pour l’innovation produits. Les rituels de beauté asiatiques (comme le célèbre layering ou « mille-feuille »), particulièrement sophistiqués, ont de plus en plus la cote auprès des consommatrices occidentales. L’asiatisation de la beauté est une tendance lourde comme l’illustre la diffusion et la généralisation de nouveaux concepts de produits et rituels : BB crèmes, CC crèmes, fonds de teint cushion, masques en tissus (sheet masks), masques de nuit (sleeping pack), masques gomme (rubber masks)... D’où la place croissante - en linéaires et sur Internet - accordée par les distributeurs occidentaux aux produits asiatiques pour répondre à l’engouement de la clientèle occidentale pour la K-Beauty ou la J-Beauty. Cette déferlante sur les marchés occidentaux a été accélérée par les partages sur les médias sociaux (Instagram, Youtube, blogueuses).

L’Asie, zone de développement stratégique

Parallèlement, l’Asie est au cœur des stratégies de croissance des acteurs occidentaux. Portée par une demande locale et touristique extrêmement dynamique, la zone constitue le moteur de la croissance du marché de la beauté, tant sur le mass que le sélectif. La région représente, par ailleurs, un marché clé du duty-free/travel retail, concentrant près de 60 % des ventes mondiales de parfums et cosmétiques sur ce circuit de diffusion stratégique.

Des acteurs occidentaux très offensifs sur le marché asiatique

Les leaders occidentaux de la beauté ont lourdement investi l’Asie, par croissance interne (déploiement des marques en portefeuille, au besoin en développant des produits/lignes spécifiques) et/ou par croissance externe. Les marques coréennes attisent tout particulièrement les convoitises des groupes. L’Occitane est ainsi entré au capital d’Erborian dès 2012. A l’image encore des rachats récents de Nanda Co. Ltd par L’Oréal (mai 2018), de Carver Korea par Unilever (septembre 2017), des prises de participation d’Estée Lauder dans le capital de Have & Be (décembre 2015) ou de LVMH dans Clio Cosmetics via L-Catterton (juillet 2016). Pour autant, ces opérations ne sont pas sans risque comme l’ont démontré, par exemple, les retraits de Revlon et de Garnier (L’Oréal) du marché chinois ou la cessation, en 2014, de TJoy, acheté par Coty en 2011 pour 350 MSUD.
Dans le même temps, les marques occidentales entendent surfer sur l’engouement mondial pour la beauté asiatique en intégrant les ingrédients et les innovations produits asiatiques à leur offre (cf. accord de partenariat Christian Dior-Amore Pacific autour de la technologie cushion), voire en développant des marques asian-like, à l’instar de Jowaé (Alès Groupe) ou Cha Ling (LVMH).

Les acteurs asiatiques se déploient à l’international

A l’exception du japonais Shiseido, les acteurs asiatiques demeurent encore largement dépendants de leur marché domestique. L’heure est toutefois à l’expansion. Si l’Asie constitue la priorité des stratégies d’internationalisation, les efforts se portent également hors de la zone, sur les marchés occidentaux comme l’illustrent le déploiement de Sulwhasoo (Amore Pacific) et de Decorté (Kosé) en Europe et en Amérique du Nord ou le lancement de Bioré (Kao) en France, mais aussi sur les nouveaux marchés, à l’instar des indiens Godrej, Dabur et Emami.
Par ailleurs, les acteurs asiatiques se positionnent désormais en prédateurs. En témoignent les rachats de Jurlique et H2O Plus par Pola Orbis, de Tarte Cosmetics par Kosé ou, plus récemment, d’Avon Japan par LG Household & Health Care, d’Oribe par Kosé out de Long & Lasting par Dabur.

Cette étude 360° sur les cosmétiques asiatiques permet de répondre aux questions suivantes :

  • Comment s’explique l’engouement mondial pour les promesses et rituels asiatiques de beauté ?
  • Quelle est la taille et la dynamique des principaux marchés ?
  • Comment les acteurs « occidentaux » (marques, groupes, distributeurs) abordent-ils le marché ? Quelle contribution de la zone Asie dans la chiffre d’affaires et quelle dynamique de croissance ? Comment les acteurs occidentaux intègrent la beauté asiatique dans leur offre à destination de la clientèle occidentale ? Qui sont les mieux armés pour bénéficier à plein du potentiel de croissance du marché ?
  • Quelles sont les stratégies des leaders asiatiques, en Asie et à l’international ?
  • Quelle place actuelle et quel avenir pour la K-beauty, la J-Beauty et la C-Beauty sur les principaux marchés occidentaux (USA, Europe) et notamment le marché français ?
  • Comment se structurera le jeu concurrentiel à moyen/long terme entre acteurs occidentaux et acteurs asiatiques ? Qui seront les gagnants et les perdants ?

Les dernières études

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Les nouveaux enjeux de la promotion immobilière

Evolution des usages, nouvelles technologies et défis énergétiques transforment les attentes du marché

Décembre 2018

Découvrir

Nouveauté
Les Echos Études

La gestion de patrimoine et de fortune

Perspectives d’évolution du contexte concurrentiel et modèles gagnants de demain

Décembre 2018

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

La révolution annoncée de l'intelligence artificielle en santé

Décembre 2018

Découvrir

Nouveauté
Les Echos Études

Le marché des véhicules autonomes

Comment le déploiement à grande échelle des voitures sans chauffeur va bouleverser l'industrie automobile et des services ?

Décembre 2018

Découvrir