Financement participatif des entreprises

Financement participatif des entreprises

État des lieux du secteur, stratégies de croissance et perspectives d’évolution du marché

À partir de 2 450 € HT

Publiée en mars 2017

Fiche technique

Tarif

À partir de 2 450 € HT


Redigée en français
Publiée en mars 2017
200 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Hélène MEZIANI

Expert du secteur
Banque - Finance - Assurance

Une étude pour

  • Comprendre le marché français du financement participatif 
  • Identifier les défis que les plateformes doivent relever : course à la taille, transparence, sélectivité, etc. 
  • Découvrir le point de vue des principaux acteurs grâce à notre enquête terrain
  • Anticiper les évolutions du marché et du jeu concurrentiel à moyen terme

Un marché encore peu mature et en constante évolution   

Si les premières plateformes de financement participatif sont apparues dès le début des années 2000 dans les pays anglo-saxons, leur essor en France est plus récent. Sur le marché du financement des entreprises, les premiers acteurs ont débuté leur activité à partir de 2007 avec la création de My Major Company. La construction par les pouvoirs publics d’un cadre réglementaire adapté et l’engouement des particuliers et des porteurs de projets pour ce type de financement se sont traduit par la multiplication des acteurs sur le marché. Mais celui-ci est encore restreint, avec à peine plus de 210 M€ collectés en 2016 (Lendix compris). Un montant à mettre en perspective avec le marché britannique, premier en Europe avec environ 1,6 Md£ en 2015 à destination des entreprises. Si la plupart des acteurs majeurs sont généralistes, une myriade de plateformes de moindre envergure ont choisi des positionnements de niche, espérant faire partie des success stories du marché. Si bien qu’aujourd’hui, il existe presque autant de modèles que d’acteurs.

Les plateformes sont à la recherche de la taille critique  

Peu de plateformes déclarent aujourd’hui être rentables. S’il est difficile d’évaluer les montants collectés à atteindre chaque année pour qu’une plateforme soit rentable, le chiffre qui circule pour le crowdlending est de 100 M€. C’est-à-dire plus que le total des montants collectés en 2016, hors Lendix. La marche est donc très haute pour la plupart des acteurs qui sont contraints de se lancer dans une course à la taille critique (diversification, internationalisation, élargissement des investisseurs, etc.) et qui doivent se démarquer pour espérer survivre à la vague, prévisible, de concentration. La recherche de la rentabilité ne doit toutefois pas leur faire oublier que l’ensemble du secteur repose sur un contrat de confiance avec les investisseurs. La transparence et la sélectivité des dossiers des porteurs de projets doivent rester prioritaires pour éviter les désastres qui ont eu lieu dans d’autres pays. 

Quelle place pour les acteurs traditionnels dans la finance participative ?  

La place laissée par certaines plateformes aux investisseurs institutionnels dans les collectes fait débat. Les « puristes » du financement par la foule revendiquent un modèle exclusivement réservé aux investisseurs particuliers. Au point que les montants collectés par Lendix, dont près de 70% proviennent d’investisseurs institutionnels et de family offices, sont désormais exclus de l’observatoire du financement participatif réalisé par KPMG pour l’association professionnelle Financement Participatif France. Pourtant de plus en plus de plateformes font appel aux gestionnaires d’actifs pour soutenir leurs collectes, sans d’ailleurs que cela fasse fuir les investisseurs particuliers. Plus largement, de plus en plus d’acteurs traditionnels s’intéressent au financement participatif, conseillers en gestion de patrimoine, fonds d’investissement, banques mais aussi experts comptables et mettent en place des partenariats avec les plateformes.

Méthodologie de l'étude

Cette étude a été réalisée à partir d’entretiens approfondis auprès de plusieurs dirigeants de plateformes de financement participatif (crowdlending, crowdequity et royalties) ainsi que d’un gestionnaire de patrimoine, retranscrits dans l’étude sous forme de verbatims.
L’analyse repose également sur des recherches documentaires approfondies sur le marché, les différents acteurs et leurs stratégies ainsi que sur de nombreuses études de cas.

CHIFFRE CLE

210,5 M€ collectés en prêt et investissement en 2016
+64,4% par rapport à 2015
Source : Les Échos Études d’après Financement Participatif France et Lendix

Les dernières études

NOUVEAUTE
Les Echos Études

Pharmacie d'officine à l'ère du digital

L’innovation en pharmacie pour optimiser la relation patient et ré-enchanter l’expérience client

Août 2017

Découvrir

Nouveauté
Les Echos Études

Le marché du financement du BFR

Digitalisation, adaptation et extension de l’offre : quelles stratégies de croissance dans un contexte de reprise du marché ?

Juillet 2017

Découvrir

Nouveauté
Les Echos Études

Les enseignes alimentaires de proximité de la grande distribution

Quelles stratégies gagnantes (concepts de magasins, offre, services....) pour nourrir la croissance de demain sur la proximité ?

Juillet 2017

Découvrir

Nouveauté
Les Echos Études

Nouveaux défis de l'après-vente automobile

Montée du e-commerce, digitalisation de la relation client, services connectés … quelles stratégies à l’heure de la révolution numérique ?

Juillet 2017

Découvrir