Le marché de l’assurance santé complémentaire en France

Le marché de l’assurance santé complémentaire en France

Regroupement et consolidation à l’aune de Solvabilité II, différenciation de l’offre santé et optimisation de la gestion des risques

À partir de 3 150 € HT

Publiée en novembre 2010

Fiche technique

Tarif

À partir de 3 150 € HT


Redigée en français
Publiée en novembre 2010
315 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Hélène MEZIANI

Expert du secteur
Banque - Finance - Assurance

Un marché de la complémentaire santé saturé et ultra-concurrentiel

Dans un marché de la complémentaire santé saturé (couverture de plus de 90 % de la population française, en incluant la CMU complémentaire), les acteurs historiques que sont les mutuelles 45 et les institutions de prévoyance (IP) ont vu émerger de nouveaux concurrents, sociétés d’assurance et bancassureurs, qui grignotent petit à petit leurs parts de marché. La concurrence s’intensifie entre les différentes familles de complémentaires, d’autant plus que les clientèles sont de moins en moins captives. Dans ce contexte, comment vont évoluer les positions concurrentielles des acteurs ?

      Les stratégies de différenciation des complémentaires santé

      Ces approches passent notamment par :
      • l’inclusion de services à valeur ajoutée autour de l’offre santé : tiers payant, plate-formes téléphoniques, réseaux de professionnels de santé, services à la personne, souscription en ligne, etc.;
      • une plus grande modularité et une segmentation très fine des assurés, permettant de proposer des offres personnalisées au plus près des besoins des assurés
        • tant en individuel qu’en collectif (émergence de contrats avec un socle obligatoire pris en charge par l’employeur et des renforts facultatifs à la charge des salariés) ;
        • une diversification des activités vers l’assurance de personnes (prévoyance, épargne-retraite), l’assurance dommages (multirisques habitation, automobile, protection juridique) et les services bancaires (compte courant, crédit santé, etc.), par le biais de partenariats dans la conception ou la distribution de ces produits. Quelles sont les stratégies mises en oeuvre les plus efficaces ?

      La poursuite du mouvement de consolidation

      Le mouvement de concentration est aujourd’hui porté par les mutuelles et les IP. La course à la taille critique répond à plusieurs impératifs :
      • accroître la surface financière des organismes pour leur permettre de se diversifier vers de nouveaux segments de marché, mais également accompagner l’augmentation des dépenses de santé et le désengagement progressif de l’Assurance maladie sur certains postes ;
      • répondre aux exigences prudentielles accrues par les directives européennes et notamment Solvabilité II ;
      • disposer d’avantage de moyens sur le plan financier, informatique et marketing pour faire face à la complexification croissante du métier d’assureur complémentaire. De nouveaux pôles ont ainsi émergé : Malakoff Médéric, Novalis Taitbout, les groupements Adréa, Eovi, Harmonie Mutuelles ou encore Radiance groupe Apri. La situation concurrentielle devrait encore évoluer, avec l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché (La Banque Postale, Matmut, GMF, etc.) et la poursuite de la consolidation (création en 2010 d’un nouveau poids lourd du côté des mutuelles de la fonction publique, Unités, proche du milliard d’euros de cotisations).

        Quelle place pour les complémentaires santé face au désengagement progressif de l’Assurance maladie sur certaines dépenses de soins ?

        Dans un contexte de déficit aggravé de l’Assurance maladie (
        • 10,6 milliards d’euros en 2010, prévisions à
        • 11,4 milliards pour 2011), la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2011 prévoit de nouveaux transferts de charge sur les OC et les ménages, les mesures d’économie touchant le médicament mais également l’hôpital et la prise en charge des ALD. Lourdement taxées depuis 2008 (augmentation de la contribution à la CMU, taxation des contrats solidaires et responsables, taxe exceptionnelle en 2011 et 2012 sur les réserves de capitalisation), les complémentaires santé vont devoir redéfinir, dans ce contexte difficile, leur rôle dans le système de santé et peser plus fortement sur l’offre de soins en se positionnant comme des financeurs actifs et des acheteurs de soins : information, conseil et orientation des assurés ; négociations tarifaires avec certains professionnels de santé ; financement des soins alternatifs à l’assurance ; actions de prévention et encouragement aux comportements responsables, etc.

          Les dernières études

          Nouveauté
          Les Echos Études

          La gestion de patrimoine et de fortune

          Perspectives d’évolution du contexte concurrentiel et modèles gagnants de demain

          Décembre 2018

          Découvrir

          NOUVEAUTÉ
          Les Echos Études

          Les nouveaux enjeux de la promotion immobilière

          Evolution des usages, nouvelles technologies et défis énergétiques transforment les attentes du marché

          Décembre 2018

          Découvrir

          NOUVEAUTÉ
          Les Echos Études

          La révolution annoncée de l'intelligence artificielle en santé

          Décembre 2018

          Découvrir

          Nouveauté
          Les Echos Études

          Le marché des véhicules autonomes

          Comment le déploiement à grande échelle des voitures sans chauffeur va bouleverser l'industrie automobile et des services ?

          Décembre 2018

          Découvrir