Le marché de la vente en vrac

Le marché de la vente en vrac

Quel potentiel de développement à 5 ans ? Quelles opportunités pour les marques et enseignes ? Comment se positionner sur ce marché ?

À partir de 2 750 € HT

Publiée en février 2021

Fiche technique

Tarif

À partir de 2 750 € HT


Redigée en français
Publiée en février 2021
220 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Cécile DESCLOS

LE VRAC : UN MARCHE PROMETTEUR ?

Une étude pour :

  • Apprécier la dynamique actuelle et le potentiel de développement à l’horizon 2025 du marché français du vrac (alimentaire, hygiène-beauté, produits d’entretien)

  • Décrypter tous les contours de ce mode d’achat : réglementation, moteurs et freins au développement, profil du consommateur, enjeux à relever pour sortir du statut de marché de niche…

  • Disposer d’une cartographie du paysage de la distribution : le positionnement et les stratégies des différents circuits et l’évolution du jeu concurrentiel à l’horizon 2025

  • Analyse les opportunités offertes par ce marché pour les marques et les clés de réussite pour s’y positionner

  • Connaître le point de vue des acteurs présents sur le marché au travers de plus de 20 entretiens qualitatifs et les initiatives des marques et enseignes au travers de 48 business cases

Un marché en plein essor mais qui doit encore convaincre pour sortir de son statut de marché de niche

Le marché de la vente en vrac en France a pris son envol à partir de 2016, porté par un contexte porteur. En quelques années, l’Hexagone est devenu n°1 du vrac en Europe. Certes, la dynamique a subi un coup de frein temporaire lors du premier confinement, mais les ventes sont, depuis, reparties à la hausse permettant au global de clôturer l’année sur une croissance à +8%. Les ouvertures d’épiceries 100% vrac se sont poursuivies, et les enseignes bio, notamment le leader Biocoop, ont continué de développer leur assortiment vrac.

Pour autant, si on considère la distribution dans son ensemble, le vrac représente moins de 1% de la consommation des ménages en produits PGC. Pour convaincre le plus grand nombre de passer au vrac, il faudra donc encore travailler sur son image. En effet, on lui reproche un niveau de prix élevé, un manque de praticité, des risques au niveau de l’hygiène…

Une offre insuffisante en magasin pour séduire le plus grand nombre

Si la grande distribution déploie aujourd’hui le vrac dans la majorité de ses magasins, il reste encore souvent limité à quelques références en épicerie sèche. Le rayon vrac reste un rayon compliqué à gérer pour les enseignes généralistes, exigeant en termes de main d’oeuvre et coûteux en équipement. La grande distribution doit donc adapter son modèle à la vente en vrac.  Par ailleurs, l’offre en vrac en grande distribution se positionne sur un niveau de prix élevé, du fait de la présence importante du bio. La crise économique suscitée par la pandémie, pourrait entrainer un recul des ventes en vrac, qu’il est encore difficile d’estimer aujourd’hui tant les incertitudes sur les conséquences de la crise sont grandes.

Un marché qui attise les convoitises du côté des grandes marques

Ces derniers mois, les initiatives des grandes marques pour se positionner sur ce marché se multiplient. Kellogg’s, Bel, Danone, Nestlé, Panzani pour l’alimentaire, mais également Mustela, L’Occitane, Yves Rocher, Unilever… pour les produits d’entretien et d’hygiène-beauté. Poussées par la demande des consommateurs, préoccupées par les futurs changements règlementaires concernant les emballages et par le besoin d’afficher des actions fortes en termes de protection de l’environnement, les grandes marques se testent sur le vrac. Mais passer des produits préemballés au vrac entraine un changement complet de modèle qui impacte toutes les étapes de la vie du produit. Les industriels poursuivent leur phase d’apprentissage sur le vrac avant un déploiement à plus grande échelle.

Les + de l'étude :

  • Un tour d’horizon complet du marché et de ses enjeux
  • Une vision opérationnelle à partir de plus de 20 entretiens qualitatifs réalisés auprès des différents types d’acteurs du marché : distributeurs, fabricants spécialistes du vrac, grandes marques (alimentaire, hygiène-beauté)…
  • Une vision prospective : nos prévisions de croissance du marché à l’horizon 2025
  • Une analyse illustrée par nombreux business cases d’entreprises et d’initiatives innovantes
  • Une vision stratégique aidant à définir la feuille de route de cette nouvelle activité pour les marques envisageant de s’y positionner
  • Un décryptage des forces en présence en distinguant le marché alimentaire et le non-alimentaire (hygiène-beauté, entretien)

Les dernières études

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Immobilier étudiant à horizon 2022-2025

Quelles seront les prochaines mutations du marché ? Comment s’y préparer ?

Mars 2021

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Les nouveaux défis de la pharmacie d’officine

Impact de la crise de la Covid-19, nouveaux services pharmaceutiques, transformation numérique et montée en puissance des enseignes

Mars 2021

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Le marché de la vente en vrac

Quel potentiel de développement à 5 ans ? Quelles opportunités pour les marques et enseignes ? Comment se positionner sur ce marché ?

Février 2021

Découvrir

NOUVEAUTE
Les Echos Études

L’observatoire du financement participatif des entreprises

Crowdlending, crowdequity et crowdfunding immobilier : stratégies et perspectives d’évolution de l’activité à l’horizon 2024

Février 2021

Découvrir