Le marché mondial du luxe

Le marché mondial du luxe

Ruptures stratégiques et scénarios de reconfiguration sur fond de ralentissement de la croissance

À partir de 3 050 € HT

Publiée en décembre 2012

Fiche technique

Tarif

À partir de 3 050 € HT


Redigée en français
Publiée en décembre 2012
154 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Cécile DESCLOS

Expert du secteur
Agroalimentaire

L'étude de référence

Incluant la valorisation exclusive du marché mondial du luxe par zone géographique et par segment de produits

      Le marché du luxe décélère après deux années exceptionnelles

      Le marché du luxe a connu deux exercices 2010 et 2011 particulièrement fastes marqués par des taux de croissance dépassant largement 10 % à change constant, nettement supérieurs à la croissance « naturelle » du marché. 2012 s’inscrira en rupture avec un ralentissement sensible, y compris en Asie-Pacifique (dont Chine). La seule source de satisfaction
      • relative
      • provient du marché japonais qui se stabilise depuis 2011 après des années de repli. Pour autant, malgré un environnement macroéconomique dégradé, un scénario noir type 2008-2009 semble exclu à moyen terme même si les incertitudes (niveau de la dette aux Etats-Unis et au Japon, atterrissage de l’économie chinoise, …) doivent nous inciter à la prudence.

        Les stratégies de roll-over connaissent aujourd’hui des inflexions

        Afin de bénéficier à plein de la croissance, les maisons et groupes de luxe ont massivement investi au cours des dernières années dans :
        • les réseaux à l’enseigne qui se sont considérablement développés en privilégiant les boutiques en propre ;
        • le développement à l’international, en se focalisant sur les nouveaux marchés, au premier rang desquels la Chine. Ces deux axes constituent encore le mainstream comme l’illustre le groupe Prada dont la stratégie de croissance est centrée sur l’expansion du réseau en propre pour atteindre entre 650 et 700 portes dans les cinq prochaines années, soit un quasi doublement du parc. De même, la Chine demeure un axe de développement stratégique pour nombre de groupes et maisons. Néanmoins, certains acteurs entrent aujourd’hui en phase de consolidation (Hermès, Louis Vuitton, Richemont), voire de restructuration, à l’instar de Dior ou de Ralph Lauren en Asie-Pacifique. Parallèlement, certaines maisons repensent aujourd’hui le retail afin d’optimiser l’expérience boutique. La réflexion s’articule autour de trois axes : proximité (cf. Bottega Veneta à Madison, Dolce & Gabbana à Milan), précision (boutiques dédiées à une ligne de produit ou une clientèle spécifique) et service (salons VIP, par exemple).

          Les groupes de luxe disposent d’importantes marges de manœuvre financières

          Si, logiquement, les efforts des acteurs du luxe se portent en priorité sur la croissance interne (sécurisation des approvisionnements, investissements dans l’outil de production et la distribution, …), la croissance externe n’est pas en reste : rachats de Bulgari, Arnys, Nude Brands et Ole Henriksen par LVMH, de Brioni par PPR, de Peter Millar par Richemont, … Ces opérations
          • aux envergures et aux finalités diverses
          • augurent d’une nouvelle vague de rachats. Les cibles existent. Certaines sont de taille significative : Harry Winston (en vente), Graff (qui a renoncé à son IPO en raison de conditions de marché défavorables), Burberry, Tiffany, Coach (actionnariat non verrouillé), Hugo Boss (Permira a vocation à sortir du capital comme il l’a fait pour Valentino), voire Tod’s ou Armani. Pour autant, les groupes de luxe ne seront pas les seuls acteurs de la recomposition du secteur. Ils devront notamment composer avec les investisseurs des pays émergents comme, par exemple, Li & Fung et Qatar Luxury Group. En juillet 2012, la maison Valentino a ainsi été rachetée par Mayhoola Investments (société appartenant à un groupe d'investisseurs privés du Qatar) pour un montant avoisinant 700 MEUR.

            Les dernières études

            NOUVEAUTÉ
            Les Echos Études

            Les stratégies Patient-Centric et Beyond-the-pill de la Pharma et des…

            Créer de la valeur grâce à des solutions intégrées : un impératif pour les industries de santé

            Octobre 2019

            Découvrir

            NOUVEAUTÉ
            Les Echos Études

            Logistique urbaine : enjeux et opportunités de croissance

            Premier et dernier kilomètre, « dernier mètre », prestations logistiques mutualisées… de nouveaux marchés à capter

            Octobre 2019

            Découvrir

            NOUVEAUTÉ
            Les Echos Études

            Le nouveau visage de l’après-vente automobile

            Transition du parc roulant, montée du e-commerce, maintenance prédictive, … quels sont les prochains modèles de l’aftermarket ?

            Octobre 2019

            Découvrir

            NOUVEAUTÉ
            Les Echos Études

            Le marché français de la santé et du bien-être au naturel

            Phytothérapie, aromathérapie, probiotiques, homéopathie… Dynamique et perspectives du marché du selfcare au naturel

            Septembre 2019

            Découvrir