Le marché de la seconde main dans la mode et le luxe

Le marché de la seconde main dans la mode et le luxe

Saisir les opportunités de business et d’image du marché de l’occasion face aux nouveaux comportements des consommateurs

À partir de 2 950 € HT

Publiée en novembre 2019

Fiche technique

Tarif

À partir de 2 950 € HT


Redigée en français
Publiée en novembre 2019
200 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Cécile DESCLOS

Quelles perspectives pour les industries de la mode et du luxe ?

La seconde main, un relais de croissance à saisir

Une étude pour :

  • Disposer des chiffres clés du marché de l’occasion dans le luxe et l’habillement et anticiper les perspectives à l’horizon 2025
  • Décrypter les nouveaux comportements d’achat des consommateurs
  • Cartographier les différents circuits de distribution de l’occasion selon les segments de marché
  • Analyser les enjeux pour les grandes marques et  pour les spécialistes de l’occasion

La mode et le luxe de seconde main en forte progression

En 6 ans, le marché américain de l’habillement de seconde main a plus que doublé passant de 9,7 milliards d’€ en 2012 à 21,2 milliards d’€ en 2018 (selon Thred Up 2019). Dans le domaine des biens personnels de luxe, la seconde main a également le vent en poupe : 9% de croissance pour les ventes de seconde main, contre 2% pour le marché du luxe entre 2015 et 2018 (selon Bain & Company 2019). En France, les consommateurs sont également de plus en plus adeptes de l’occasion. Ainsi 30% des consommateurs français déclaraient acheter des vêtements d’occasion en 2018, soit 2 fois plus qu’en 2010.

 L' achat d’occasion, une pratique de plus en plus répandue et socialement acceptable, et désormais valorisée

L’essor du marché de l’occasion est la conjonction de plusieurs facteurs. D’une part, l’achat de seconde main, qui s’est banalisé et concerne toutes les CSP, profite d’une meilleure image que par le passé. Il s’agit désormais d’un acte malin, responsable et encouragé. L’achat d’occasion participe à une consommation plus responsable en limitant le gaspillage vestimentaire et l’utilisation de nouvelles ressources, en misant sur la seconde vie des produits. En opposition à la fast fashion, la slow fasion fait donc de plus en plus d’adeptes. Quant au luxe, au-delà de l’enjeu économique (avec des rabais pouvant aller jusqu’à 90% du prix du neuf), la perception du luxe d’occasion a évolué avec, notamment, un engouement marqué pour le vintage. Ces nouveaux comportements de consommation sont en particulier tirés par les plus jeunes générations, qui privilégient l’usage à la possession et n’hésitent pas à aller vers l’occasion. Enfin, l’essor d’Internet et du commerce en ligne a également permis aux plateformes de vente entre particuliers de se développer.

 La concurrence s’intensifie

Au même titre que l’upcycling modèle d’avenir du secteur, la seconde main devient une tendance mainstream et représente une réponse complémentaire à la responsabilité environnementale des acteurs de la mode et du luxe. Face au développement de business peer-to-peer, les acteurs brick-and-mortar ont compris l’enjeu d’être partie prenante tant pour leur image (valeur responsable) que pour le business (relais de croissance). Les marques se testent donc sur le marché de la seconde main. Ainsi, en 2019, Camaïeu et le groupe Galeries Lafayette (via sa plateforme Le Good Dressing) ont mis en place de nouveaux services autour de l’occasion.  Dans le domaine du luxe, le rachat de la plateforme Watchfinder, spécialiste de la montre d’occasion, par le groupe Richemont en 2018 est également un signal fort. Désormais, les marques ne doivent plus considérer ce circuit comme un concurrent, mais comme un relais potentiel de croissance. Les initiatives devraient se multiplier dans les années à venir.

Côté pure players, si les leaders Vinted, Vestiaire Collective, Vide-dressing sont des acteurs bien installés en France, de nouvelles plateformes s’ouvrent au marché français de l’occasion. En 2019, le néerlandais United Wardrobe et l’italien Armadio Verde se sont lancés en France. Les américains StockX et ThredUp pourraient également se lancer sur le marché européen dans les mois qui viennent. Dans ce contexte, on note également le rachat de Vide-dressing par Leboncoin, ce qui devrait permettre à la plateforme d’accélérer son développement.

Les + de l’étude :

  • Les monographies de pure players clés du marché de seconde main : Chrono24, Collector Square, Cresus, eBay, Kilo Shop, Le bon coin, Patatam, Percentil, Rakuten, Vestiaire Collective, Vide dressing, Vinted, Watchfinder
  • Les initiatives des marques décryptées : Camaïeu & Cie Le vide dressing, Le Good Dressing des Galeries Lafayette, Seconde Histoire by Cyrillus, L’application mobile Petit Bateau, ÏDTroc du groupe ÏDKIDS
  • Un panel de 64 acteurs de l’occasion avec une analyse de leurs modèles et des services proposés par chacun

Les dernières études

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

L'observatoire des enseignes de pharmacies

Services, MDD, approche phygitale, expansion géographique… : comment les enseignes transforment le réseau officinal français

Mars 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Les nouveaux modèles du facility management

Digitalisation des services immobiliers et nouveaux environnements de travail redessinent les perspectives du secteur

Mars 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Le renouveau du logement étudiant en France

Quel est le potentiel des nouveaux concepts d'hébergements pour jeunes actifs et étudiants ?

Mars 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Smart Healthy Cities

La santé à l’heure des territoires numériques, de l’intelligence artificielle et du Big Data

Janvier 2020

Découvrir