Marché mondial des parfums et cosmétiques

Marché mondial des parfums et cosmétiques

Quels leviers actionner pour répondre aux nouveaux défis et bénéficier à plein de la dynamique du marché ?

À partir de 3 250 € HT

Publiée en décembre 2019

Fiche technique

Tarif

À partir de 3 250 € HT


Redigée en français
Publiée en décembre 2019
200 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Cécile DESCLOS

Une étude pour :

  • Disposer de tous les chiffres clés du marché (poids économique, dynamique par zone géographique et par segment)
  • Analyser les positions concurrentielles et comparer les performances financières des acteurs
  • Comprendre les défis auxquels font face les acteurs de la beauté 
  • Benchmarker les stratégies mises en œuvre, décrypter les ruptures et identifier les stratégies gagnantes

LES NOUVEAUX CHEMINS DE LA CROISSANCE

Un marché dynamique, un secteur sous tension

Le marché mondial des parfums et cosmétiques est structurellement bien orienté et affiche en 2018 une croissance particulièrement vigoureuse. Ceci masque toutefois d’importantes disparités, par segment de produits et par zone géographique. Les performances des acteurs sont, en outre, extrêmement contrastées. Le secteur est sous tension comme le montrent :

  • Le « dépeçage » d’Avon (rachats d’Avon par le brésilien Natura en 2019 ainsi que d’Avon North America en 2019 et d’Avon Japan en 2018 par le sud-coréen LG H&H) ;
  • La probable cession de Revlon (ensemble des activités ou principales marques du portefeuille) ;
  • Les performances calamiteuses de Coty qui a passé 3,9 Mds USD de dépréciations d’actifs au cours de son dernier exercice et présenté un plan de restructuration en juillet 2019.

Agilité, innovation, proximité : axes clés pour bénéficier à plein de la dynamique du marché

Les leaders du marché évoluent dans un environnement complexe marqué par :

  • Un accroissement sensible de la pression concurrentielle. En témoigne, notamment, la dynamique des indie brands et des DNVB et l'irruption d'Amazon avec ses marques propres.
  • Un changement rapide des comportements d’achat et des attentes des consommateurs (retournement du maquillage aux Etats-Unis au S1 2019, engouement croissant pour le clean/naturel, par exemple).

Dans ce contexte, la capacité à capter la croissance repose sur trois axes principaux.

Premièrement, l’agilité via une gestion dynamique et proactive de l’offre produits et du portefeuille de marques comme l’illustrent les nombreuses opérations de M&A observables dans le secteur (cf. rachats de Drunk Elephant par Shiseido, de Filorga par Colgate-Palmolive, de Tatcha et Garancia par Unilever ou de Coppertone par Beiersdorf au cours des derniers mois) couplées au développement de nouvelles marques alternatives par croissance interne (N.A.E., Barnängen et Nature Box par Henkel, House 99 et La Provençale par L’Oréal, Fenty Beauty et Cha Ling par LVMH, Queendom par Puig, …). Dans le même temps, nous assistons à des opérations d’optimisation/de recentrage du portefeuille de marques.
Deuxièmement, l’innovation. La beauté demeure un marché d’offre. Au-delà de la force de frappe R&D, les nouvelles technologies offrent d’importantes opportunités en termes d’offre produits, d’expérience et de service (intelligence artificielle/réalité augmentée, IoT, personnalisation, …). Les investissements dans les incubateurs/accélérateurs se multiplient.
Troisièmement, la proximité. Le digital prend ici tout son sens, qu’il s’agisse de communication (75 % des dépenses publicitaires du groupe Estée Lauder sont dédiées au digital) ou de distribution, ceci d’autant que de nouveaux business models émergent (cf. LimeLife rachetée par L’Occitane, eSalon rachetée par Henkel, Younique, …). Parallèlement, les stratégies de retailization se poursuivent, voire accélèrent (cf. Estée Lauder, L’Oréal, LVMH, Chanel, Amore Pacific).

Les "+" de l'étude

  • Tous les chiffres clés du marché mondial des parfums et cosmétiques, par zone géographique et par segment
  • Un panel d’une trentaine d’acteurs passés au crible
  • L’analyse des performances financières (chiffre d’affaires, croissance, profitabilité, endettement, capacités d’acquisition) des principaux groupes
  • Un benchmark représentatif des stratégies à l’œuvre sur le marché
  • De nombreuses études de cas tout au long de l’étude

Le chiffre clé

Plus de 20 % des 100 premiers groupes mondiaux de beauté ont connu une contraction de leur chiffre d’affaires au cours du dernier exercice.
Source : WWD, Beauty Top 100

Les dernières études

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Les stratégies Patient-Centric et Beyond-the-pill de la Pharma et des…

Créer de la valeur grâce à des solutions intégrées : un impératif pour les industries de santé

Février 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Thérapies numériques : vers une nouvelle catégorie de produits de san…

DTx, thérapies numériques, digiceutiques : que recouvrent ces solutions qui visent à combiner le meilleur du numérique et du médical pour offrir un n…

Décembre 2019

Découvrir

Nouveauté
Les Echos Études

Les stratégies de vente d'électricité

Refonte des offres, pression sur les prix et arrivée de concurrents d’un nouveau genre font bouger les lignes

Décembre 2019

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Le secteur français de la dialyse

Innovations médicales, digitalisation, baisse des tarifs…Quelles évolutions du modèle économique de prise en charge du patient dialysé ?

Décembre 2019

Découvrir