Assurer la mobilité

Assurer la mobilité

Evolution de la demande, adaptation de l'offre et nouvelles concurrences : de l'assurance automobile à l'assurance de la mobilité

À partir de 2 950 € HT

Publiée en décembre 2019

Fiche technique

Tarif

À partir de 2 950 € HT


Redigée en français
Publiée en décembre 2019
150 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Hélène MEZIANI

Une étude pour

  • Disposer de tous les chiffres clés du marché de l’assurance automobile
  • Comprendre comment les acteurs s’adaptent aux nouvelles attentes des clients et aux nouveaux défis de la mobilité (véhicules autonomes, économie collaborative, NVEI, etc.)
  • Identifier les expérimentations et innovations des acteurs traditionnels et des assurtechs
  • Analyser les forces et les faiblesses de ces nouveaux modèles et anticiper les modèles gagnants de demain

Comment réinventer l’assurance automobile ?

Les habitudes de consommation et de mobilité des Français évoluent. L’utilisation des voitures et deux-roues et le rapport des individus à leurs véhicules ont changé : covoiturage, autopartage, préférence donnée de plus en plus à l’usage plutôt qu’à la propriété et essor de la location. Les véhicules eux-mêmes se transforment : voitures électriques, connectées, autonomes… En parallèle, de nouveaux engins de locomotion, électriques ou non, prennent de plus en plus d’importance dans le quotidien des Français : vélos, trottinettes, hoverboard…
L’assurance doit prendre en compte ces transformations et se réinventer pour dépasser le modèle classique de l’assurance automobile.
Le paradigme doit changer : il ne suffit plus d’assurer le véhicule (un bien) mais il faut désormais couvrir le conducteur et ses usages (un service).

Un modèle (ou plusieurs) qui reste à trouver

Face à ces évolutions, les initiatives des acteurs de l’assurance (assureurs traditionnels, courtiers, assurtechs…) foisonnent, avec notamment des combinaisons différentes de garanties responsabilité civile, dommages aux biens et dommages corporels. Au-delà du contenu des garanties, de nouveaux modèles d’assurance sont testés comme l’assurance collaborative ou l’assurance à la demande/à l’usage, qui s’appuient parfois sur les possibilités offertes par le véhicule connecté. La tarification, elle-aussi, doit logiquement être réinventée pour accompagner ces changements.
La réflexion doit d’ailleurs aller plus loin que l’assurance automobile car certains risques peuvent également être couverts par d’autres contrats d’assurance détenus par les individus. Par exemple, les contrats Habitation de la MAIF prévoient une option pour les biens nomades sportifs, à l’instar des trottinettes.

Continuer à améliorer l’expérience client et la valeur ajoutée des offres en maîtrisant les coûts

L’évolution du modèle et des garanties pour ces nouvelles assurances de la mobilité ne doit toutefois pas faire oublier les fondamentaux. Confrontés à une concurrence croissante et à une rotation plus rapide des portefeuilles depuis la loi Hamon et alors que les prix de l’assurance automobile n’ont cessé d’augmenter, les acteurs doivent plus que jamais miser sur la digitalisation et sur l’amélioration de l’expérience client. Gestion des sinistres, rapidité d’indemnisation, relation client, personnalisation, etc. : l’ensemble de ces aspects peuvent et doivent aujourd’hui être améliorés par les assureurs grâce aux nouvelles technologies et à l’amélioration des process. Des transformations qui peuvent également aider les assureurs à réduire leurs coûts et donc à limiter les hausses tarifaires. D’autant plus que ce sont sur l’excellence de l’expérience client et sur des offres à petit prix que les assurtechs fondent le plus souvent leur valeur ajoutée. Pour rappel, le taux de résiliation annuel dépasse 14%, et plus de la moitié des Français sont prêts à souscrire une assurance auprès de nouveaux acteurs émergents (80% des millenials)…

Chiffre clé

14,3%

C’est le taux de résiliation des portefeuilles en automobile en 2018, en baisse de 0,4 point par rapport à 2015 mais en hausse de 0,5 point par rapport à 2014
Source : FFA, estimation 2018

L’AUTEUR DE L’ETUDE

Titulaire d’un doctorat en sciences économiques, Sandrine Sakala-Morel est consultante indépendante en banque et assurance. Elle a travaillé 16 ans chez McKinsey & Company en tant que knowledge expert, dans un premier temps sur le secteur bancaire (banque de détail et banque privée) puis sur l’assurance et la gestion d’actifs.

Les dernières études

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Les stratégies Patient-Centric et Beyond-the-pill de la Pharma et des…

Créer de la valeur grâce à des solutions intégrées : un impératif pour les industries de santé

Février 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Thérapies numériques : vers une nouvelle catégorie de produits de san…

DTx, thérapies numériques, digiceutiques : que recouvrent ces solutions qui visent à combiner le meilleur du numérique et du médical pour offrir un n…

Décembre 2019

Découvrir

Nouveauté
Les Echos Études

Les stratégies de vente d'électricité

Refonte des offres, pression sur les prix et arrivée de concurrents d’un nouveau genre font bouger les lignes

Décembre 2019

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Le secteur français de la dialyse

Innovations médicales, digitalisation, baisse des tarifs…Quelles évolutions du modèle économique de prise en charge du patient dialysé ?

Décembre 2019

Découvrir